Shenzhen comme si vous y etiez !

Je partage ici un petit lien très sympa, qui vous permet de survoler la ville de Shenzhen en hélicoptère :

Shenzhen vu du ciel.

Un conseil, ouvrez le lien avec votre smartphone, c’est beaucoup plus facile d’explorer la carte, simplement en dirigeant son téléphone dans la direction où vous voulez regarder. Oui, mieux vaut faire ça seul chez soi, ça donne l’air un peu con !

D’ailleurs sur l’image d’accueil, on voit très bien notre immeuble !

chez nous

Dafen Oil Painting Village 大芬

Profitant d’un dimanche ensoleillé nous décidons de partir pour Dafen qui n’est rien d’autre que le Montmartre de Shenzhen. Bon  ce n’est pas sur une colline (donc pas de funiculaire pour s’y rendre), il n’y a pas de basilique du Sacré-Cœur, il n’y a pas de parisiens,… vous me direz donc en quoi c’est Montmartre. Et bien à l’instar de Montmartre, Dafen est le quartier des artistes de Shenzhen notamment des peintres.

Lire la suite

Rentrée des classes

Ce lundi, c’était mon premier jour de cours à l’Université de Shenzhen. J’ai en effet choisi de suivre un semestre de chinois langue étrangère afin d’acquérir de bonnes bases, et de chercher du travail en parallèle. Comme je vous le disais précédemment, l’inscription a été un peu galère, mais j’y suis finalement parvenue ! Vendredi dernier, nous avons eu le droit à une superbe cérémonie d’accueil, avec spectacles de danses, discours traduits en direct en 4 langues (ça a pris un temps fou pour dire bonjour et bienvenu !) et témoignages d’étudiants. Lire la suite

Arrivée n°2 à Shenzhen

A mon tour de décoller pour la Chine ! Le 12 aout, mes parents et ma sœur m’accompagnent à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry après un dernier repas gastronomique français. Je prend un premier avion pour Francfort, qui survole les Dombes, puis Bourg, puis une très jolie ville allemande avec des bâtiments de briques rouges. J’atterris et découvre que mon téléphone ne passe pas à l’étranger, glups ! Bon, normalement Mathieu m’a donné toutes les informations nécessaires pour que je le retrouve. J’embarque pour le Francfort-Hong Kong, au coté d’un chinois grassouillet et qui se révélera très bientôt un ronfleur bruyant. Et Lufthansa ne fournit ni bouchons d’oreilles, ni masque pour les yeux… Lire la suite