Arrivée n°2 à Shenzhen

A mon tour de décoller pour la Chine ! Le 12 aout, mes parents et ma sœur m’accompagnent à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry après un dernier repas gastronomique français. Je prend un premier avion pour Francfort, qui survole les Dombes, puis Bourg, puis une très jolie ville allemande avec des bâtiments de briques rouges. J’atterris et découvre que mon téléphone ne passe pas à l’étranger, glups ! Bon, normalement Mathieu m’a donné toutes les informations nécessaires pour que je le retrouve. J’embarque pour le Francfort-Hong Kong, au coté d’un chinois grassouillet et qui se révélera très bientôt un ronfleur bruyant. Et Lufthansa ne fournit ni bouchons d’oreilles, ni masque pour les yeux…

A part ça, le vol se déroule bien, et j’arrive à l’aéroport de Hong Kong après avoir survolé le delta de la rivière des perles et la baie de Hong-Kong. Hong Kong étant un territoire spécial, il me faut d’abord un visa hong-kongais pour ensuite rejoindre la frontière chinoise. Tout se passe sans anicroche, et je trouve facilement un van qui m’amène à la frontière chinoise, à 30 min de là. Le paysage est très montagneux et vert, avec de grands building çà et là, et un certains nombres de ponts tous plus immenses les uns que les autres. Il pleut par averse, l’air est donc relativement frais et humide. Je vois un immense building en construction : c’est le plus grand building de Shenzhen (et le plus grand d’Asie pour l’instant). Nous passons la douane hong-kongaise pour sortir, et le van nous dépose devant la douane chinoise. Là aussi, tout se passe sans problème, et je rentre enfin sur le territoire chinois. Mathieu m’attends de l’autre coté, et nous prenons un taxi pour regagner nos pénates. Mathieu parle déjà suffisamment bien pour faire comprendre notre adresse au chauffeur ! On se remet à conduire à droite (et oui, à Hong Kong c’est à gauche !), et je peux déjà commencer à apprécier la conduite chinoise (sans ceinture :s ) : au klaxon ! Ils conduisent assez lentement, mais heureusement : les vélos et les piétons traversent n’importe où, les taxis s’arrêtent au milieu des carrefours, il est possible de faire demi-tour en traversant les 2×2 voies… Nous arrivons vivants au pied de notre immeuble. On monte au 31ème, et nous voilà chez nous! Un beau duplex, avec en bas un grand salon avec vue sur le building, une petite cuisine, une chambre, une salle de bain et un dressing ; et en haut, notre chambre, avec de très belles vues sur Shenzhen et sur la grande tour, une petite salle de bain et un accès à notre terrasse de toit.

Je me douche et nous allons manger dans un restaurant juste au pied de l’immeuble (il est déjà 19h). La vaisselle est sous plastique, et nous la nettoyons avec du thé brûlant avant de nous servir. C’est délicieux, un peu épicé mais pas trop : crevettes frites avec des cacahuètes et du piments, tranches de pommes de terres frites, petits pains moelleux  à farcir d’un mélange de légumes et de viande hachées. Nous allons ensuite faire quelques courses et boire une bière à un centre commercial à deux arrêts de métro de là. C’est au bistrot que l’on croise d’autres européens (normal !) sinon, nous étions les seuls à la ronde depuis un moment.

Le lendemain matin, nous sommes réveillés par des coups de tonnerres formidables, qui déclenchent les alarmes des voitures. Mathieu part au travail, tandis que je commence à déballer mes affaires. Je décide de me rendre à l’université dans l’après-midi, histoire de clarifier avec eux la procédure d’extension de mon visa (il n’est valable que 30 jours, le temps que j’établisse une carte de résident auprès des autorités locales). Je mets 2h a trouvé le bureau, entre le temps de métro, la traversé du campus, et surtout la difficulté à trouver le bon bâtiment quand personne ne parle un mot d’anglais et que tout est indiqué en chinois. Je fini par y arriver, et on me fournit quelques papiers à remplir pour le 7 septembre, jour de la rentrée ; d’ici là, pas d’inquiétude.

Je rejoins Mathieu en métro de l’autre coté de la ville (1h30 de métro!) et nous allons dîner avec deux de ses collègues chinoises très sympa. C’est une nouvelle fois excellent: on fait cuire devant nous plusieurs morceaux de poissons, poulpes et crevettes sur un lit de légumes, le tout recouvert d’une épaisse sauce brune. Nous nous séparons ensuite pour rentrer.

Élise

Publicités

3 réflexions sur “Arrivée n°2 à Shenzhen

  1. Danièle Cuaz dit :

    Sitôt l’Europe franchie, la conduite devient « a la va comme je te pousse ». Tous comptes faits il n’y a pas tant d’accidents d’ailleurs!
    Belle arrivée en tout cas. Et si la nourriture est bonne! ça va être restau midi et soir!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s